Le sourire des femmes

Le sourire des femmes – Nicolas Barreau

Le Livre de Poche – 336 pages

AMAZON BABELIO LIVRADDICT

sticker-arabesqueA Paris, un triste vendredi de novembre. Aurélie, en plein chagrin d’amour, remarque dans une librairie un roman intitulé Le Sourire des femmes. En le feuilletant, stupeur ! : non seulement elle y découvre le nom du restaurant dont elle est propriétaire, mais, de plus, l’héroïne lui ressemble comme deux gouttes d’eau. La lecture passionnée de ce roman lui redonne goût à la vie. Intriguée par tant de coïncidences, elle décide d’entrer en contact avec son auteur. Mais rencontrer le mystérieux Robert Miller par l’intermédiaire de son éditeur s’avère étrangement difficil.

mon avisCela fait un moment que j’ai refermé ce livre et mon avis ne va pas être très développé. Je l’ai acheté suite à des avis que j’avais pu lire sur différents blogs, mais j’ai été un peu déçue.

Après une rupture difficile, Aurélie tombe par hasard sur un roman qui semble parler d’elle. L’héroïne lui ressemble trait pour trait. Intriguée, Aurélie décide de faire son possible pour entrer en contact avec l’auteur de ce livre. Mais cet écrivain n’est pas celui auquel elle s’attendait.

en bref

Une romance douce et un brin humoristique, qui se laisse lire avec facilité. Aucune surprise.

Publicités

Un avion sans elle

Un avion sans elle – Michel Bussi

Pocket – 570 pages

AMAZON BABELIO LIVRADDICT

sticker-arabesqueLyse-Rose ou Émilie ? Quelle est l’identité de l’unique rescapée d’un crash d’avion, une fillette de trois mois ? Deux familles, l’une riche, l’autre pas, se déchirent pour que leur soit reconnue la paternité de celle que les médias ont baptisée « Libellule ». Dix-huit ans plus tard, un détective privé prétend avoir découvert le fin mot de l’affaire, avant d’être assassiné, laissant derrière lui un cahier contenant tous les détails de son enquête. Du quartier parisien de la Butte-aux-Cailles jusqu’à Dieppe, du Val-de-Marne aux pentes jurassiennes du mont Terrible, la jeune femme va dénouer les fils de sa propre histoire jusqu’à ce que les masques tombent. Hasards et coïncidences ne sont-ils que les ricochets du destin ? Ou bien quelqu’un, depuis le début, manipule-t-il tous les acteurs de ce drame ?

mon avis« Un avion sans elle », c’est l’histoire de deux familles qui se disputent la garde de cette petite rescapée. C’est l’enquête longue de 18 ans de Crédule Grand-Duc, le détective payé par la famille Carville pour mettre à jour la vérité. Car Libellule, cette petite fille retrouvée sur les lieux du crash ce 23 décembre 1980, va être placée auprès des Vitral. Car faute de preuves tangibles, les quelques pauvres éléments en possession de la justice amènent les juges à penser que Libellule n’est autre qu’Emilie Vitral.

18 ans de doutes et d’espoir. 18 ans de tristesse et de souffrance. Et pourtant, la vérité était juste là, sous le nez de Grand-Duc. Mais cette vérité ne pouvait qu’être découverte 18 ans après le drame.

Lilye a donc été élevée par sa grand-mère, Nicole Vitral, aux côtés de son frère Marc. Mais tous deux ont très vite éprouvé des sentiments très forts l’un pour l’autre. Des sentiments plus forts que l’amour fraternel. Marc en a toujours été persuadée : Lilye n’est pas sa petite soeur. Mais alors, qui est elle ? Lyse-Rose de Carville ? C’est ce que Malvina, la grande soeur de Lyse-Rose, croit depuis toujours. Devenue presque folle depuis la disparition de sa soeur, Malvina n’a cessé de nourrir cet espoir depuis toutes ces années.

Plus de 500 pages d’enquête, de rebondissements et de surprises. Un doute dès le départ. Mais aucune certitude jusqu’aux dernières pages. Michel Bussi sait nous tenir en haleine. J’ai couru après la montre aux côtés de Marc, parce qu’il n’avait que très peu de temps avant que Lilye ne commette l’irréparable. Et pour cela, il a dû lire le journal de Grand-Duc que lui a confié Lilye avant de disparaître. Au fur et à mesure de sa lecture, Marc avançait, mais trop lentement. Il n’a compris que quelques heures avant que Lilye ne passe à l’acte. Il lui fallait mettre rapidement à jour cette nouvelle vérité.

en bref

Certains avis que j’ai pu lire disaient la fin surprenante. Quelque peu, certes, et pourtant, j’avais émis l’idée dès le départ qu’il puisse en être ainsi. Mais j’étais évidemment loin de me douter du dénouement de toute cette histoire. L’auteur a su me surprendre et m’émouvoir. Monsieur Bussi compte aujorud’hui une nouvelle fan.

 

Les gens heureux lisent et boivent du café

les_gens_heureux_lisent_et_boivent_du_caf

Les gens heureux lisent et boivent du café – Agnès Martin-Lugand

AMAZON FNACBABELIO

sticker-arabesque

 » Ils étaient partis en chahutant. J’avais appris qu’ils faisaient encore les pitres dans la voiture. Je m’étais dit qu’ils étaient morts en riant. Je m’étais dit que j’aurais voulu être avec eux.  » Diane a brusquement perdu son mari et sa fille dans un accident de voiture. Dès lors, tout se fige en elle, à l’exception de son cœur, qui continue de battre. Obstinément. Douloureusement. Inutilement. Égarée dans les limbes du souvenir, elle ne retrouve plus le chemin de l’existence. Afin d’échapper à son entourage qui l’enjoint à reprendre pied, elle décide de s’exiler en Irlande, seule. Mais, à fuir avec acharnement la vie, elle finit par vous rattraper… « 

mon avis

Une amie m’avait parlé de ce livre et le titre m’a immédiatement intriguée.

C’est l’histoire de Diane, jeune femme meurtrie par la perte subite de son mari et de sa fille dans un tragique accident de voiture. Diane ne se relève pas de cette perte et erre dans son appartement comme un fantôme. Propriétaire d’un café littéraire qu’elle a laissé entre les mains de son meilleur ami Félix, Diane passe ses journées dans les souvenirs.

Après l’anniversaire de la mort de Colin et Clara, Diane prend la décision de s’éloigner. S’isoler de cette vie qui ne lui appartient plus semble pour elle la meilleure façon de reprendre le dessus.

Diane ne choisit pas sa destination au hasard, elle part pour l’Irlande, pays qu’a toujours voulu voir Colin. Pour lui, pour elle, Diane s’y rend donc, dans le but de reprendre goût à la vie. Elle qui pensait s’isoler pour faire la paix avec elle même, une rencontre inattendue va tout bouleverser. Edouard, le neveu des propriétaires de sa maison de location, va se mettre en travers de son chemin. Et tout va basculer …

en bref

Loin d’être un grand roman, ce livre m’a tout de même touchée. En plein émoi amoureux moi même au moment de ma lecture, quelques passages ont pu m’émouvoir, d’autres encore m’ont fait sourire de plaisir.

C’est plaisant à lire, d’une écriture simple et sans chichis. Ce roman court mais pourtant bien construit nous fait partager la vie des personnages simples et abordables, et c’est suffisant pour passer un agréable moment.

Le clin d’oeil à la lecture et surtout au café littéraire m’a beaucoup plu, puisque je rêve moi même d’en ouvrir un depuis longtemps.