Hunger Games 2

  • Titre : Hunger Games, Tome 2 – L’embrasement
  • Auteur : Suzanne Collins
  • Edition : France Loisirs, 2010 – 400 pages
  • Lu en décembre 2012

Synopsis

Après avoir gagné les Jeux de la Faim, Katniss Everdeen et Peeta Mellark retournent dans leur district. Alors que la « tournée de la victoire » dans le pays est sur le point de commencer, elle est visitée par le président de Panem. Il explique que le tour qui leur a permis de sortir tous deux vainqueurs des jeux, considéré comme un acte de rébellion envers le Capitole, donne des idées aux 12 districts du pays.

Il la menace de tuer son meilleur ami, Gale, si elle ne peut prouver à tout Panem que son acte n’était pas une provocation, mais un acte irréfléchi commandé par son amour fou pour Peeta.

Mon avis

Alors qu’elle croyait avoir payé sa part lors des jeux précédents et espérant qu’on allait la laisser tranquille, Katniss est surprise de voir le Président Snow qui l’attend chez elle, après sa partie de chasse. Ce dernier lui tient un discours menaçant concernant sa relation avec Gale, lui faisant de sous entendus sur leurs prétendus liens familiaux. Katniss le sait à présent, le Président Snow n’est pas dupe et elle va devoir redoubler d’efforts pour rendre crédible son histoire avec Peeta, pour sauver la vie de Gale. Pourtant, à l’idée d’épouser Peeta, son coeur se serre … ce n’est pas ce qu’elle aurait voulu.

Cette visite juste avant la tournée ne lui dit rien qui vaille, mais Katniss tente tant bien que mal de se rassurer. Elle s’abandonne aux mains de ses préparateurs pour assurer la Tournée la tête haute. Peeta et elle sont des mentors cette année et leur histoire d’amour doit séduire le peuple. Aucune faille n’est permise. Ils traversent ainsi les onze autres Districts en souriant et en acceptant les cadeaux que le peuple leur fait. Mais Katniss s’aperçoit que son insolence a provoqué des rebéllions dans chaque disctrict. Sa capacité à tenir tête au Capitole a servi d’exemple et des soulèvements sont déjà en cours un peu partout. C’est pour cette raison que le Président Snow leur réserve une surprise, et de taille ! Le soir de l’annonce des noces de Katniss et Peeta à la télévision, le présentateur annonce également un autre grand évènement. A l’occasion du 75ème anniversaire des Hunger Games, c’est à dire la Troisième Expiation, les Tributs de chaque districts seront moissonnés parmi les vainqueurs survivants. Et là, tout bascule, Katniss comprend qu’elle va être renvoyée dans l’arène.

D’abord persuadée qu’elle doit fuir avec ceux qu’elle aime pour pouvoir les protéger et se protéger elle-même, Katniss, petit bout de femme courageuse et téméraire, va se résigner à son sort et affronter ce qui l’attend la tête haute, comme à son habitude. Mais elle qui d’habitude se montre si forte va pourtant dévoiler quelques faiblesses au cours de ce roman. Elle en vient à montrer à ses proches sa colère et sa panique. Elle reprend pourtant bien vite pied, comprenant qu’elle n’a pas d’autre choix que d’affronter ce destin qui lui fait si peur.

Encore une fois, Katniss et Peeta vont devoir affronter les autres tributs. Mais cette fois-ci, ils vont être amenés à créer des alliances pour s’en sortir et s’assurer les faveurs des autres Districts. Cette mission va s’avérer compliquée, car Katniss a du mal à accorder sa confiance aux Tributs adverses, et pour cause … Pourtant, elle va bien y être obligée.

J’étais pressée de lire la suite de cette dystopie en trois volumes. Mais je dois avouer que je suis un peu déçue de ce second tome. J’ai préféré, et de loin, le premier. Je n’ai pas été autant projettée dans l’univers des Hunger Games que lors de ma lecture du précédent volume. J’ai trouvé qu’il y avait quelques longueurs. Mais à y bien réfléchir, elles ne sont finalement pas inutiles, puisqu’un point primordial que je ne peux révéler va être soulevé dans ce deuxième volet des HG. J’ai trouvé l’ambiance un peu « guimauve » au début, mais on retrouve vite la cruauté des jeux ensuite. La fin est pour le moins surprenante et maintenant, me voilà pressée de lire le troisième volume, pour boucler cette série !

La saga Hunger Games :

Hunger Games Tome 1
Hunger Games Tome 2 – L'embrasement
Hunger Games Tome 3 – La révolte

Hunger Games 2 sur Livraddict
Hunger Games 2 sur Amazon
Hunger Games 2 au Cinéma

Publicités

Uglies (1) – Scott Westerfeld

Pocket Jeunesse (2007) – 432 pages – Lu en Juillet 2010

Présentation de l’éditeur

Tally aura bientôt 16 ans. Comme toutes les filles de son âge, elle s’apprête à subir l’opération chirurgicale de passage pour quitter le monde des Uglies et intégrer la caste des Pretties. Dans ce futur paradis promis par les Autorités, Tally n’aura plus qu’une préoccupation, s’amuser… Mais la veille de son anniversaire, Tally se fait une nouvelle amie qui l’entraîne dans le monde des rebelles. Là-bas, elle découvre que la beauté parfaite et le bonheur absolu cachent plus qu’un secret d’État : une manipulation. Que va-t-elle choisir? Devenir rebelle et rester laide à vie, ou succomber à la perfection?

Véritable phénomène aux États-Unis, ce premier tome de la série Uglies a reçu plus de vingt récompenses, dont celle du Meilleur livre pour jeunes adultes 2006 de l’American Library Association.

Mon avis

Une lecture qui me semble plus destinée à un public adolescent ou aux amateurs du genre. J’ai bien aimé, mais sans plus. J’ai même d’ailleurs eu du mal à entamer le second tome. 

Ce roman manque cruellement d’action et ce n’est sans doute plus ce qu’il me faut.

Mis à part ça, il est plutôt pas mal, l’histoire en elle-même est intéressante : la différence entre le « beau » et le « moche », la façon dont tous ces jeunes à l’allure « normale » aspirent à devenir « beau » pour l’éternité, au péril de leur vie …

C’est quand même un problème récurent dans notre société lorsqu’on voit combien on prône la beauté sur toutes les affiches de publicité !

Edit : Au jour d’aujourd’hui, je me laisserai bien tenter tout de même par la lecture de cette série, simplement parce que j’ai une autre approche du genre Dystopie. Je m’aperçois que c’est un genre littéraire à part entière et de plus en plus présent.

Série Uglies

  • Uglies (2007)
  • Pretties (2007)
  • Specials (2008)
  • Extras (2008)
  • Secrets (2008)

Hunger Games – Tome 1

Pocket Jeunesse (Octobre 2009) – 379 pages

Présentation de l’éditeur

Peeta et Katniss sont tirés au sort pour participer aux Jeux de la Faim. La règle est simple : 24 candidats pour un seul survivant, le tout sous le feu des caméras ? Dans chaque district de Panem une société reconstruite sur les ruines des États-Unis deux adolescents sont choisis pour participer au Jeu de la Faim. La règle est simple : tuer ou se faire tuer. Celui qui remporte l épreuve, le dernier survivant, assure la prospérité à son district pendant un an. Katniss et Peeta sont les « élus » du district numéro douze. Les voilà catapultés dans un décor violent, semé de pièges, où la nourriture est rationnée et, en plus, ils doivent remporter les votes de ceux qui les observent derrière leur télé… Alors que les candidats tombent comme des mouches, que les alliances se font et se défont, Peeta déclare sa flamme pour Katniss à l antenne. La jeune fille avoue elle-aussi son amour. Calcul ? Idylle qui se conclura par la mort d un des amants ? Un suicide ? Tout est possible, et surtout tout est faussé au sein du Jeu de la Faim…

Biographie de l’auteur

Suzanne Collins (née le 10 août 1962) est une écrivaine et auteure américaine. Elle a connu le succès grâce à la trilogie de science-fiction The Hunger Games, bien qu’ayant écrit plusieurs livres de fantasy auparavant.

Diplômée de l’université d’Indiana, Suzanne Collins depuis 1991 écrit des scénarios et des histoires pour des programmes de télévision jeunesse, notamment pour la chaîne Nickelodeon. Elle écrit aussi des histoires pour les plus petits. Plus récemment, elle a été scénariste en chef de la série Clifford’s Puppy Days pour Scholastic Entertainment.

Elle vit dans le Connecticut avec sa famille, dont ses deux enfants, entourée de chatons adoptés.

Mon avis

Dans un futur obscur, les Etats Unis ne sont plus qu’un pays dévasté, divisé en douze Districts. Pour faire payer au peuple ses actes qui ont conduit à cette situation, chaque année ont lieu les Hunger Games. C’est un jeu télévisé créé pour garder le contrôle sur la population par la peur. Un garçon et une fille de chaque District sont choisis pour participer à cette horrible mise en scène. Car c’est bien une horreur qui se joue en direct, car dans ce jeu, il n’y a qu’une seule règle : survivre. Et il ne peut y avoir qu’un seul gagnant.

C’est dans cet univers que nous faisons tout d’abord la connaissance de Katniss et Gabe, habitants du District Douze. Ces deux là ne se quittent jamais, allant jusqu’à enfreindre les lois de leur District pour aller chasser pour subvenir aux besoins de leurs familles. Car dans le quartier de la Veine où ils vivent tous les deux, règne la pauvreté. D’autant plus que, comme Gabe, Katniss a perdu son père dans un accident à la mine. Depuis, les deux adolescents se doivent de protéger les leurs.

Mais le jour du tirage au sort, Prime, la petite sœur de Katniss, est sélectionnée pour participer aux Hunger Games. Katniss décide alors, pour la protéger, de prendre sa place dans l’arène. Commence alors pour elle un véritable enfer.

Katniss est une chasseuse hors pair, aucun petit gibier ne lui échappe. Elle manie l’arc et les flèches avec une dextérité surprenante. Mais lorsqu’il s’agit de tuer sa propre espèce, c’est une toute autre histoire … Il lui faudra pourtant affronter les 23 adversaires que le Capitole va lui imposer. Ce sera sans compter sur Peeta, le garçon du District Douze sélectionné avec elle, et de la mise en scène qu’ils vont devoir jouer pour charmer le public et s’assurer le soutien des sponsors.

On ne distingue pas vraiment les autres personnages, ceux des autres Districts, mis à part la jeune Rue, à laquelle Katniss va s’attacher, cette dernière lui rappelant sa petite sœur.

Quant à Peeta, il est le fils du boulanger. Sa famille a toujours été à l’abri du besoin et, avant ce jour, Katniss ne l’avait jamais abordé. Pour le bon déroulement de la stratégie mise en place par les organisateurs, elle va pourtant devoir se rapprocher étroitement de lui.

Gabe, quant à lui, est l’aîné d’une famille nombreuse. Il est le meilleur ami de Katniss et son compagnon de chasse. Chacun a appris beaucoup de l’autre dans ce domaine et pour Katniss, se retrouver sans Gabe dans ce milieu hostile va s’avérer très difficile.

Une fois projetés dans l’arène, les 24 concurrents n’ont que quelques secondes pour se ruer sur les sacs qui se trouvent à leurs dispositions. Certains contiendront des armes, d’autres de la nourriture, d’autres encore de la médecine. Les plus rapides seront déjà les plus chanceux. Dès le départ, on cerne les capacités de chacun.

S’en suit alors plus de 350 pages de course poursuite à travers une forêt, les adolescents étant obligés de jouer de ruse pour échapper à leurs adversaires et déjouer les pièges qui les attendent. Ce décor a été créé de toute pièce par les organisateurs du jeu, et rien ne leur est épargné. A la moindre facilité perçue par l’extérieur, un nouveau piège se referme pour les jeunes gens.

Certaines scènes sont d’une rare violence et certains concurrents vont faire preuve d’une cruauté sans pareil. Je ne peux citer aucune scène pour ne pas en dévoiler trop, mais certains me rejoindront certainement sur ce point.

Le rythme va être rapide tout au long du roman. Aucun temps mort, aucun répit pour Katniss et les autres. Courir, fuir, tuer pour se protéger, tuer pour gagner. J’en ai presque perdu mon souffle. Chaque page tournée me donnait envie de poursuivre ma lecture, tant il me fallait savoir ce qui allait se passer ensuite.

J’avais beaucoup entendu parler de Hunger Games, mais jusqu’à présent, je n’étais pas attirée plus que ça par cette trilogie. Jusqu’au jour où la sortie du film a été annoncée. Je n’ai alors que trop tardé à lire le premier volet, car le film était sorti depuis un moment déjà que je n’avais toujours pas terminé ma lecture.

Eh bien, je ne suis pas mécontente de m’être laissée tenter. Car si, il est vrai, je m’y suis plongée avec une certaine appréhension, la surprise en a été si agréable que pas une seconde je n’ai réussi à me détacher de l’histoire de Katniss. La rapidité du déroulement nous projette immédiatement dans les évènements. La cruauté dont doivent faire preuve les concurrents m’a horrifiée, mais certains, par leurs personnalités, m’ont beaucoup touchée. Parce que finalement, cette situation leur a été imposée. C’est terrible tout de même de se dire que des enfants, lâchés dans une arène, se trouvent obligés de s’entre tuer pour créer l’animation de certains, suscitant la peur pour les autres, en particulier leurs familles respectives. Certaines scènes m’ont réellement choquées et j’étais pressée de voir ce que ça allait donner sur grand écran.

Petits bémols pourtant : tout d’abord, je suis un peu déçue de n’avoir vécu cette aventure qu’au travers des yeux de Katniss. J’aurais préféré que l’auteur change de narrateur, pour qu’on puisse voir différents points de vue. D’autre part, j’ai trouvé la fin un peu trop prévisible (ceux qui l’auront lu me comprendront certainement). Et étrangement, ce livre m’a fait penser à un autre roman du genre, japonais celui-ci, Battle Royal (dont un film a également été tiré), où toute une classe de jeunes se retrouve livrée à elle même dans le même genre de jeu : isolés sur une île, ils doivent éliminer leurs adversaires un à un.

En somme, malgré ces trois petits points négatifs, j’ai beaucoup apprécié ma lecture. Rendez vous au prochain épisode !

Lu en Avril 2012

Divergent

Nathan (octobre 2011) – 440 pages

Présentation de l’éditeur

Tris vit dans un monde post-apocalyptique où la société est divisée en cinq factions. À 16 ans elle doit choisir sa nouvelle appartenance pour le reste de sa vie. Cas rarissime, son test d’aptitudes n’est pas concluant. Elle est divergente, elle est en danger de mort !

Biographie de l’auteur

Véronica Roth est née au Etats Unis en 1988. Elle a étudié l’écriture créative à Northwestern University.

DIVERGENT, son premier roman, a été publié par Harper Collins/Katherine Tegen Books en mai 2011.

Mon avis

Divergent est le premier tome d’une trilogie (source Wikipédia). Je n’ai nul besoin, je pense, d’évoquer ce livre avec plus de détails, car vous l’aurez tous et toutes certainement déjà lu ou croisé sur d’autres blogs. On le classe dans le genre Dystopie, fiction qui dépeint une société imaginaire qui, la plupart du temps, est organisée de façon à empêcher ses membres d’atteindre le bonheur. C’est tout à fait ce que met en scène Véronica Roth. Nos héros vivent dans un monde divisé en plusieurs factions : les Altruistes, les Audacieux, les Erudits, les Sincères et les Fraternels. Le jour de leurs 16 ans, ils doivent choisir la faction dans laquelle ils doivent évoluer.

Béatrice Prior, dite Tris, a grandi auprès de ses parents et de son frère, Caleb, dans la faction des Altruistes. Mais lors de la cérémonie du Choix, ses convictions basculent soudainement. Son test ne sera pas concluant et elle sera détectée comme Divergente. Cela signifie qu’elle peut s’intégrer dans plusieurs factions. Or, elle ne doit en choisir qu’une, et ce statut de Divergente risque de la mettre en danger. Finalement, Béatrice se tournera vers les Audacieux, condamnée alors à quitter sa famille et à changer de quartier. Son courage et sa témérité se feront vite remarquer. Elle se liera d’amitié avec trois transferts : Al, Christina et Will. Mais elle se fera aussi des ennemis en Peter, Molly et Drew, qui vont tenter de lui faire du mal. Elle finira également par tisser des liens forts et privilégiés avec l’un de ses instructeurs, Quatre, de deux ans son aîné, qui va devenir un véritable allié.

Comme dans toute dystopie, il règne une violence et une certaine cruauté. La formation des nouveaux venus chez les Audacieux ne sera que combats et initiation aux armes. Mais ils devront également affronter leurs pires peurs lors de l’épreuve de simulation, qui consiste à les projeter dans des situations d’angoisse pour apprendre à les maîtriser.

Petit à petit, Tris découvre des vérité concernant les Audacieux, mais aussi les Erudits. Les anciens des deux factions seraient complices dans un plan machiavélique qu’il comptent bien mettre à exécution…

C’est ma troisième approche de la dystopie. Après avoir lu Uglies il y aquelques années et n’ayant pas éprouvé à l’époque de grand intérêt pour ce genre de lecture, j’ai persévéré et suivi les conseils de certains sur la toile pour m’y mettre sérieusement en lisant Hunger Games avant sa sortie au cinéma. Ce dernier m’avait déjà beaucoup plu, mais aujourd’hui, Divergent me réconcilie une bonne fois pour toutes avec ce genre littéraire un peu particulier. J’aime beaucoup l’ambiance malgré cette constante dureté et le fait que les personnages doivent mener constamment des combats contre les autres mais aussi contre eux mêmes pour s’en sortir. Ici, j’ai beaucoup apprécié l’ambivalence du personnage de Tris, qui fait tout son charme et renforce, je trouve, sa personnalité. Il me tarde maintenant de lire le second tome !

Un grand bravo à l’auteur, qui malgré son jeune âge, a su créer un véritable univers et une intrigue d’un grand intérêt.

Lu en juin 2012