La petite fille qui aimait Tom Gordon

Albin Michel (Avril 2000) – 331 pages 


Présentation de l’éditeur

C’est exprès que Trisha s’est laissée distancer par sa mère et son frère, ce jour-là, au cours d’une excursion sur la piste des Appalaches. Lassée de leurs sempiternelles disputes depuis que Papa n’est plus là.

Ce qu’elle n’imaginait pas, c’est que quelques minutes plus tard elle serait réellement perdue dans ces forêts marécageuses. Qu’elle affronterait le froid, la faim, la nuit, les bruits et les rumeurs de la nature. Et deux personnages terrifiants acharnés à sa perte : la Teigne et la Chose. Il lui reste son baladeur, sur lequel elle peut suivre les exploits de son idole, Tom Gordon, le joueur de base-ball. Le seul qui peut l’aider, la sauver.

Biographie de l’auteur

Stephen Edwin King, plus connu sous le nom de Stephen King, est un écrivain américain né le 21 septembre 1947 à Portland, dans le Maine (États-Unis).

Tout au long de sa carrière, Stephen King a écrit et publié plus de cinquante romans d’horreur ou fantastiques (qui ont été vendus à plus de trois cent cinquante millions d’exemplaires de par le monde), plus de cent soixante nouvelles et plus de quatre cents essais de non-fiction. Il reçoit en 2003 la médaille de la National Book Foundation pour sa remarquable contribution à la littérature américaine et, en 2007, l’association des auteurs de romans policiers américains Mystery Writers of America lui décerne le titre de « grand master ».

King possède une grande connaissance de la littérature d’horreur, comme on peut le voir dans son essai Anatomie de l’horreur qui retrace plusieurs décennies d’un intérêt prononcé pour l’épouvante à travers la littérature, le cinéma, la télévision et la radio. Il a aussi écrit des ouvrages appartenant à d’autres genres comme les recueils de nouvelles Différentes Saisons, ou Cœurs perdus en Atlantide, et les romans La Ligne verte, Les Yeux du dragon, et son magnum opus, la série La Tour sombre. Dans le passé, Stephen King a écrit sous les noms de Richard Bachman et John Swithen (une seule fois sous ce dernier pseudonyme pour la nouvelle le Cinquième Quart publiée par la suite dans Rêves et Cauchemars).

Mon avis

J’avoue avoir été dubitative au début de ma lecture, et j’ai même hésité à poursuivre. Mais j’ai finalement persévéré et, même si ce roman ne me laissera sans doute pas un souvenir impérissable, je n’ai pas vraiment été déçue. Il est pourtant, selon moi, loin d’être le meilleur, du moins loin d’être mon préféré en tous les cas.

King a su planter le décor dès le départ, comme à son habitude. Cette petite fille issue d’une famille « à problèmes », des parents divorcés, un grand frère en conflit perpétuel avec sa mère … tout ça lui pèse, elle qui pensait que cette ballade en forêt allait apaiser les querelles … Après quelques minutes de marche, n’arrivant pas à se faire entendre, elle finit par s’enfoncer dans les bois pour y faire ses besoins. Elle est loin de se douter qu’elle va perdre son chemin. C’est pourtant ce qui arrive … et la voilà qui erre durant sept jours dans cette atroce forêt, habitée selon elle par une créature qu’elle nommera « La Chose ».

C’est un périple angoissant, pour elle comme pour nous, qui démarre alors. C’est sans doute ça qui m’a intriguée et poussée à lire le livre jusqu’à la fin.

Trisha va user de tous les stratagèmes possibles pour rester en vie, retrouver son chemin et surtout ne pas perdre la tête. Elle va tenter de faire durer son déjeuner le plus longtemps possible, puis finira par se nourrir de baies et de plantes trouvées dans la forêt et boire l’eau d’un ruisseau, quitte à prendre le risque d’être malade. C’est une petite fille courage et solide du haut de ses neuf ans. Elle va être hantée par celle qu’elle appelera « La Teigne », petite voix mauvaise qui lui indique sans cesse les mauvais choix, mais va prendre le dessus en se raccrochant à la seule chose qui la lie avec la réalité : son walkman et la diffusion du match de base ball de son équipe favorite.

J’ai presque envie de dire que « tout est bien qui finit bien »… mais ça ne vous laissera pas beaucoup de doutes quant à l’issue de l’histoire !

Lu en juin 2011

Publicités

Un petit mot ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s