La chambre des morts

Pocket (mars 2011) – 341 pages

Présentation de l’éditeur

Imaginez… Vous roulez en pleine nuit avec votre meilleur ami, tous feux éteints. Devant vous, un champ d’éoliennes désert. Soudain le choc, d’une violence inouïe. Un corps gît près de votre véhicule. À ses côtés, un sac de sport. Dedans, deux millions d’euros, à portée de main. Que feriez-vous ? Vigo et Sylvain, eux, ont choisi.

Mon avis

Vigo et Sylvain, deux hommes qui n’étaient là que par hasard, voient leur destin bouleversé à jamais… Après avoir vandalisé leur ancien lieu de travail, sous le coup de la colère suite à leur licenciement, ils décident de faire une petite virée nocturne au milieu des éoliennes, histoire de se donner quelques frissons. Tous phares éteints, Vigo, féru de sensations fortes, pousse la voiture à sa vitesse maximum. Soudain, c’est le choc … les deux chauffards viennent de percuter un homme. Lorsqu’ils s’en rendent compte, ils sont loin de s’imaginer les conséquences désastreuses de leur acte. Car cet homme n’était pas là par hasard. Aux côtés du cadavre, un sac rempli de billets. Vigo et Sylvain voient là le début d’une nouvelle vie, la fin de tous leurs soucis, mais malheureusement un terrible engrenage va se mettre en route dès cet instant.

Une nouvelle enquêtrice fait son apparition pour la première fois dans ce roman de Franck Thilliez. Il s’agit de Lucie Hennebelle. C’est une jeune femme que l’on devine sensible. Son passé est évoqué à demi mots et l’on sent qu’elle cache un bien lourd secret. Lucie est mère célibataire de deux petites filles, des jumelles de quelques mois, qui lui prennent toute son énergie. Depuis qu’elle a repris ses fonctions au commissariat, elle n’est plus que l’ombre d’elle même, la fatigue étant sa compagne quotidienne. Mais il n’empêche que cette jeune femme épuisée est une très bonne enquêtrice. Nous n’apprenons pas encore ce qu’elle a bien pu vivre qui l’ait autant meurtrie, et j’espère le découvrir bientôt, pourtant, l’enquête sur laquelle elle va progresser va faire surgir en elle une foule d’émotions et de souvenirs depuis longtemps enfouis.

L’horreur commence avec la découverte du corps de la petite Mélodie Cunar, dans un entrepôt à proximité du champ d’éolienne, ces mêmes éoliennes au milieu duquel un homme a trouvé la mort, heurté par deux chauffards qui n’auraient pas dû se trouver là. Cet homme n’est autre que le père de Mélodie. Mais alors, que s’est il réellement passé ? Cet argent que transportait Cunar, subtilisé par Sylvain et Vigo, était-ce le prix de la rançon pour récupérer sa fille ? C’est ce que l’équipe du commissariat central de Dunkerque va devoir découvrir.

L’enquête démarre fort, puisque les enquêteurs n’ont tout d’abord pas connaissance du sort qui a été réservé à Cunar. C’est sa femme qui, ne le voyant pas revenir, a fini par alerter la police. Mais pourquoi a-t-il disparu ? La police va devoir mettre en lumière cette étrange affaire pour tisser l’ignoble toile qui les mènera vers l’atroce vérité.

Nous entrons à nouveau avec ce roman dans l’antre d’un tueur à l’esprit plus que dérangé, qui s’en prend à des enfants innocents pour assouvir ses fantasmes de violence et de souffrance. À aucun moment ne m’a pris l’envie de reposer le livre. Chaque page tournée, chaque chapitre terminé me poussait à vouloir connaître la suite.

Nous suivons en parallèle l’évolution de Sylvain et Vigo, la prise de conscience et les façons différentes de réagir face au drame. Vigo est le plus fort, c’est lui qui prendra tout en charge depuis le début, allant jusqu’à commettre l’irréparable. Sylvain, lui, se contentera de suivre, ce qui le mènera à sa perte.

Encore une intrigue policière signée d’une main de maître. Franck Thilliez devient, petit à petit, mon idole en matière de thriller. J’ai été ravie de relire « La chambre des morts », que j’avais découvert il y a quelques années. Il me tarde d’en savori plus sur le personnage de Lucie Hennebelle. J’espère que Mr Thilliez ne cessera pas d’écrire de si tôt, car à ce rythme là, je risque d’épuiser la réserve de ses romans bien trop vite !

Lu en août 2012

Publicités

2 réflexions au sujet de « La chambre des morts »

Un petit mot ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s