La fille qui rêvait d’un bidon d’essence et d’une allumette


Actes Sud (Octobre 2006) – 652 pages

Présentation de l’éditeur

Tandis que Lisbeth Salander coule des journées supposées tranquilles aux Caraïbes, Mikael Blomkvist, réhabilité, victorieux, est prêt à lancer un numéro spécial de Millénium sur un thème brûlant pour des gens haut placés : une sombrehistoire de prostituées exportées des pays de l’Est. Mikael aimerait surtout revoir Lisbeth. Il la retrouve sur son chemin, mais pas vraiment comme prévu : un soir, dans une rue de Stockholm, il la voit échapper de peu à une agression manifestement très planifiée. Enquêter sur des sujets qui fâchent mafieux et politiciens n’est pas ce qu’on souhaite à de jeunes journalistes amoureux de la vie. Deux meurtres se succèdent, les victimesenquêtaient pour Millénium. Pire que tout, la police et les médias vont bientôt traquer Lisbeth, coupable toute désignée et qu’on a vite fait de qualifier de tueuse en série au passé psychologique lourdement chargé. Mais qui était cette gamine attachée sur un lit, exposée aux caprices d’un maniaque et qui survivait en rêvant d’un bidon d’essence et d’une allumette ? S’agissait-il d’une des filles des pays de l’Est, y a-t-il une hypothèse plus compliquée encore ? C’est dans cet univers à cent à l’heure que nous embarque Stieg Larsson qui signe avec ce deuxième volume de la trilogie Millénium un thriller au rythme affolant.

Mon avis

Lu en Novembre 2011

Comme lors de la lecture du premier volet des « aventures » de Mikael et Lisbeth, j’ai malheureusement eu beaucoup de mal à entrer immédiatement pleinement dans ce second volet, en particulier durant  toute la première moitié du livre. C’est seulement ensuite que j’ai commencé à en apprécier la lecture.

Tout démarre sur une sordide histoire de trafic de femmes. Mikael Blomkvist est sur le point de publier un article à ce sujet dans le journal Millenium, écrit par un de ses collaborateurs et ami, Dag Svensson. La compagne de ce dernier, Mia Bergmann, s’apprête quant à elle à publier un livre sur le même sujet. Ces publications auront pour but de dénoncer un important trafic de prostituées des pays de l’Est, mettant en cause des personnes haut placées. Mais bientôt, l’équipe de Millenium se voit confrontée à un terrible drame : le meurtre de Dag et Mia. A partir de cet évènement, tout va basculer et se précipiter.

La police va traquer Lisbeth Sallander, que tout accuse de ce double meurtre, et mettra tout en oeuvre pour la retrouver. L’équipe de l’inspecteur Bublanski n’aura de cesse de fouiller toujours plus loin pour découvrir la vérité, jusqu’à avoir des doutes sur la culpabilité de Lisbeth. En parallèle, deux groupes vont enquêter pour résoudre cette éniglme, mais surtout tenter d’inocenter la jeune femme. Dragan Armanskij, ancien employeur de Lisbeth, se joint à l’enquête de police avec quelques uns de ses salariés. Quant à Mikael, aidé de près par l’équipe de Millenium, il est persuadé de l’innocence de son ancienne partenaire depuis le début de cette histoire et va tout faire pour mettre à jour cette terrible machination.

Mikael Blomkvist apparaît à nouveau dans cette histoire, mais Stieg Larsson nous parle ici avant tout de Lisbeth Sallander. On en apprend beaucoup plus sur sa personnalité, sa façon de vivre mais surtout sur son histoire familiale. On découvre combien elle a été malmenée et meurtrie durant son enfance et on comprend mieux son comportement atypique et son besoin de solitude. La force de caractère dont elle a déjà fait preuve lors du premiler tome de la saga ne lui fera pas défaut ici. Elle se battra tout au long de cette terrible histoire, non pas pour prouver son innocence, mais surtout par soif de vengeance envers ceux qui l’ont fait souffrir par le passé.

Mikael, quant à lui, est fidèle à lui même. Blessé par la disparition de ses deux amis, Dag et Mia, dans des circonstances atroces, il va non seulement tout mettre en oeuvre pour résoudre ce double meurtre, mais également pour sauver Lisbeth de la condamnation. Car il croit en elle et n’envisage pas qu’elle puisse avoir commis cet acte horrible et violent.

On découvre aussi un personnage très important, tant dans cette histoire que dans la vie de Lisbeth : Holger Palmgren, son ancien tuteur, qui est le seul à connaître l’histoire familiale de la jeune femme et surtout, qui mettra Mikael sur lest races du véritable tueur.

En somme, malgré les longueurs du début, ce second volet m’a beaucoup plu. La force et le courage de Lisbeth ainsi que la ténacité de Mikael à prouver son innoncence m’ont impressionnée. L’intrigue est bien menée, puisque pas une minute je n’ai soupçonné la véritable identité du tueur. Comme je l’évoquais plus haut, toute la première partie du roman m’a parue lente et truffée de détails superficiels. Mais à partir de la nouvelle du meurtre de Dag et Mia, tout s’est accéléré et l’enquête ne m’a pas laissé une minute de répit. J’ai couru après les indices aux côté de Mikael, jusqu’à en être essoufflée, tout en vivant de très près la course folle de Lisbeth.

La plume de Stieg Larsson est étrange, je parle ici à nouveau des quelques longueurs qui m’ont dérangée (quel intérêt à savoir qu’en ouvrant son frigo, le personnage dont on parle n’y trouve qu’un pauvre litre de lait esseulé, et qu’il finit par se préparer des tartines …). Ajoutons à cela la particularité de l’ambiance froide propre, je crois, aux écrivains scandinaves. Mais par bien des côtés, cela peut aussi avoir son charme et jouer en faveur de l’intrigue.

Publicités

Un petit mot ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s