De l’autre côté du lit

 Editions Anne Carrière (Janvier 2003) – 317 pages)

Présentation de l’éditeur

La vie est-elle plus belle lorsqu’on la contemple de l’autre côté du lit ? C’est ce qu’imaginent Ariane et Hugo, quand ils demandent à l’huissier venu constater le retard des travaux de leur maison de les aider à échanger leurs vies – et accessoirement leurs métiers, chéquiers, voitures… En se mettant à la place de l’autre, pensent-ils, ils vaincront cette routine qui, après dix ans de mariage, leur donne le sentiment d’être des hamsters pédalant dans une roue. Mais s’improvise-t-on vendeur de bijoux à domicile lorsqu’on a dirigé une entreprise de location de matériel de chantier ? Se fait-on respecter d’employés larges comme des frigidaires quand on pèse cinquante-deux kilos et qu’on a les cheveux blonds yorkshire ? Résiste-t-on à la tentation lorsque 98 % de vos clientes vous ouvrent la porte en déshabillé parme ? Supporte-t-on longtemps de ne plus être celle que les enfants réclament pour les câlins du soir ? Et comment tient-on le cap face aux regards désapprobateurs d’une belle-mère trop parfaite pour être honnête et d’amis goguenards ? A la surprise de tous, cette expérience, sans doute la plus folle depuis l’invention du mariage, portera ses fruits. Peut-être pas ceux que l’on attendait.

Biographie de l’auteur

Alix Girod de l’Ain, née le 3 juillet 1965, à Boulogne-Billancourt, est un écrivain, journaliste et scénariste de nationalité française. Elle officie au magazine Elle. Mère de trois enfants, elle est l’épouse de Laurent Laffont (directeur éditorial aux éditions Jean-Claude Lattès) et donc la belle fille de Robert Laffont.

En 2003 elle fut membre du jury du Prix René Goscinny. Depuis 2004 elle est membre du prix Vaudeville, devenu prix de la Coupole en 2011.

Elle était chroniqueuse au Fou du roi à la radio sur France inter.

Depuis fin août 2011, elle est chroniqueuse dans l’émission « Il n’y en a pas deux comme Elle » sur Europe 1.

Mon avis

J’avouerai que j’ai été sceptique en empruntant ce livre à la bibliothèque, ce n’est pas mon genre de lecture d’habitude, mais moi qui suis plutôt polars noirs, thriller et terreur en tout genre, ce petit roman humoristique m’a beaucoup plu.

Justement, il m’a permis de faire une pause entre deux scènes d’action, et je le trouve vraiment de saison, parce que j’appelle ces lectures des lectures « rafraichissantes ».

Pourtant, tout en étant humoristique, on note une pointe de réalisme dans les propos de l’auteur. Elle met en cause ici bel et bien les places qu’occupent respectivement hommes et femmes dans notre société, et nous montre que, malgré l’évolution du genre humain, nous en somme resté à l’homme matcho qui travaille et la femme au foyer typique. C’est le schéma classique de la famille modèle, malheureusement, et en lisant ces quelques lignes, on s’apperçoit que malgré les efforts que l’on peut faire, tout comme l’ont tenté les personnages du roman, il serait difficile d’inverser les rôles lorsque ceux-ci sont déjà bien définis.

J’aurais beaucoup à dire à ce sujet, et j’ai particulièrement aimé les mots de la fin. Je ne résiste pas à la tention de vous citer cette phrase :

« Il y a une phrase célèbre qui dit « Ce que l’on te reproche, cultive le, c’est toi. » Moi j’ai envie de vous dire que ce qu »un jour, vous reprocherez peut-être à celui ou celle avec qui vous vivrez, vous seriez bien avisés, au contraire, de le cultiver. »

Lu en Avril 2010

Publicités

2 réflexions au sujet de « De l’autre côté du lit »

Un petit mot ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s